ATTENTION ! Toutes les propositions qui sont faites ici seront préalablement soumises au Conseil des Citoyens

Que nos propositions puissent vous paraître géniales ou inutiles, raisonnables ou coûteuses, etc. vous ne votez pas pour elles. En votant pour notre liste, vous ne votez que pour une seule chose : la mise en place du Conseil des Citoyens. C’est ce Conseil, donc vous, qui décidera de la mise en oeuvre de ces propositions. Ne vous trompez pas de vote !

Un système qui ne connait que le conflit

Je dénonçais, dans mon texte précédent, l’archaïsme du système électoral français qui confère tous les pouvoirs aux mains de ceux qui ont rallié le plus de suffrages lors du vote, qu’importe les conditions de ce vote. Ce système engendre un phénomène permanent de...

Le renoncement citoyen à l’origine de tous nos malheurs

Aujourd’hui, nous évoluons dans une commune dont le Conseil municipal a perdu l’essentiel de ses pouvoirs au profit de la Communauté de communes du Sundgau. C’est à ce niveau, gigantesque par la taille, que se gère désormais l’essentiel de l’activité de notre commune....

Comment les banques parasitent la démocratie… même à Waldighoffen

On s’imagine que la corruption du politique par les banques est un sport national réservé aux élites du pays. Que nenni, la corruption commence là, sous vos yeux, et parfois à l’insu même des « corrompus » qui ignorent qu’ils sont dans l’illégalité et pensent agir au...

Réveillez-vous, il faut affronter la réalité !

Le titre est provocateur. Il fait à la fois écho au nom de notre liste, « Waldighoffen, réveille-toi ! » et à la torpeur qui nous habite à la sortie de confinement. On aurait presque envie de dire : « Tout ça pour ça ? On ne va donc rien changer et continuer comme...

Ils sont devenus fou !!!

Voilà bien un thème qui semble n’avoir rien à voir avec une élection communale. Pourtant je vous invite à réfléchir ensemble aux conséquences de ces annonces, que je résume avec le titre de l’article des Echos : « La BCE va offrir plus de 1 000 milliards à taux...

Aux habitants de Waldighoffen

Chères Waldighoffenoises, chers Waldighoffenois,

Les urnes ont parlé et nous ne pouvons que constater que nos propositions ne vous ont pas du tout convaincues, c’est un euphémisme. Nous adressons donc aux 41 personnes qui ont voté pour nous un immense MERCI. Il faut du courage pour sortir du cadre, se libérer des pressions familiales et amicales et demander à assumer ses responsabilités. Vous l’avez fait, bravo !

Nous félicitons aussi nos adversaires et nous leur souhaitons de bons vents pour gérer notre commune. Ils en auront besoin…

Ce système, qu’on ose appeler démocratie, a une fois de plus fonctionné pleinement. Nous avons donc une équipe de « représentants » élus par 288 personnes qui vont décider pour nous pendant six ans… et qu’importe les 853 personnes qui n’ont pas voté pour eux.

288 personnes vont disposer de 15 sièges sur 19. 259 autres personnes en disposeront de 4 tandis que les 41 personnes à avoir voté pour nous n’en auront aucun… Tant pis aussi pour les 545 qui se sont abstenus, ils n’avaient qu’à voter après tout ! Quel système équitable !

Les conseillers élus de la liste de M. Riegert seront obligés de faire allégeance et de se rallier comme on a pu le voir lors du mandat précédent. Ils pourront aussi choisir de rester dans l’opposition systématique en pensant déjà à la revanche dans six ans. Quel intérêt auraient-ils à assurer le succès de M. Schielin ? Ce système ne connait que le rapport de force et la gloire du vainqueur. Rien de constructif ne sera possible, tant localement qu’au niveau national. La rancœur et la haine seront la norme, les coups bas pleuvront et rien de constructif ne sortira. Oh, nous aurons bien l’une ou l’autre initiative venant des nouveaux élus qui voudront démontrer que je me trompe, mais personne n’accrochera, les rancœurs sont trop tenaces. Ça fatiguera à la fois les conseillers municipaux et les habitants qui s’intéresseront de moins en moins à la vie communale et se contenteront de râler et critiquer. Le Conseil municipal continuera de se réunir au minimum légal (tous les trimestres) et deviendra la chambre d’enregistrement des décisions prises par quelques-uns, jusqu’aux nouvelles élections où l’on recommencera, toujours enfermé dans le même schéma. Pour les habitants, rien ne changera… ils pourront continuer de dormir et à payer.

Nous vous avons proposé de sortir de ce cercle vicieux en bâtissant ensemble et en commun notre avenir, conscient des faiblesses de cet archaïsme jacobin. Nous avons essayé de réveiller Waldighoffen, hélas, la logique du système l’a emporté ! Au lieu de faire front commun, nous nous sommes entredéchirés. Certains de nos électeurs ont même décidé de faire un vote qu’ils pensaient « utile » pour faire barrage à M. Schielin… peine perdue, ce système est fait pour broyer les perdants. Seuls les gagnants ont le droit de décider, ainsi va la « démocratie » à la française. C’était joué d’avance !

Une campagne électorale est un moment où l’on devrait confronter des projets, en discuter, se poser les bonnes questions, faire le bilan des promesses. Nous avons animé deux réunions publiques (la troisième a été annulée en raison de la crise du coronavirus). Nous avons fait vivre notre site de campagne avec de vrais articles de fond, de vraies réflexions, nous étions présents sur les réseaux sociaux, toujours en démontrant, en prouvant ce que nous disions, mais nous n’avons pas réussi à vous atteindre, nous en sommes désolés.

Quand trop peu de personnes viennent aux réunions publiques, quand trop peu de personnes prennent encore le temps de lire, de s’informer, on voit les conséquences d’un système qui fabrique, non pas des citoyens responsables, mais des consommateurs, juste encore capables de lire les phrases courtes des slogans publicitaires, mais incapables de rester concentré plus de deux minutes. Netflix propose des programmes bien plus intéressants qu’une réunion publique, d’autant que les chaises de la salle associatives ne valent pas la profondeur d’un canapé… Il en va de nos vies intimes comme de la vie collective. Les relâchements encouragent les relâchements et on finit par sombrer. Je crains que notre société n’en soit là… à sombrer.

Ce n’est là qu’une tendance générale, bien sûr, mais nous sommes coupables d’accepter ces réalités. L’état ne représente plus que les intérêts des grosses firmes et des actionnaires milliardaires qui ne veulent pas de gens en mesure de réfléchir et de comprendre en face d’eux.

Nous allons vous inviter ces jours prochains à réfléchir à travers des réflexions que nous publierons ici, sur notre site de campagne. D’ici là, nous vous souhaitons le meilleur.

Tout le monde ne dispose pas d’un accès à internet. Nous vous demandons donc de bien vouloir partager au maximum ce texte et les suivants.

Jean-François Mattler pour Waldighoffen, réveille-toi !